Journée européenne de l’obésité (JEO) 2019

Le 17 et 18 mai 2019 se déroulera la nouvelle édition de la Journée européenne de l’obésité (ou Journée européenne de lutte contre l’obésité). L’occasion de parler de cette maladie qui touche de nombreux européens. En France, plus de 15% de la population adulte est touchée par l’obésité, et la progression annuelle est importante (chiffres du Bulletin épidémiologique hebdomadaire invs.santepubliquefrance.fr). L’obésité se calcul en fonction d’un ratio taille poids, l’IMC. On considère généralement qu’un IMC supérieur à 30 est synonyme d’obésité (calculez votre IMC sur le site Doctossimo en cliquant ici).

L’obésité : une maladie chronique

Le débat sur la définition de l’obésité comme une maladie ne date pas d’hier. En effet, l’agent pathologique responsable de l’obésité n’est pas un virus ou une bactérie, mais l’alimentation. Pour autant le modèle épidémiologique de l’obésité (son étude comme problème de santé) donne des résultats comparables à une maladie, et c’est la raison pour laquelle de nombreux professionnels de santé la considère comme telle. Définir l’obésité comme une maladie est essentiel car cette approche permet aux patients d’éliminer, sinon de réduire, le sentiment de culpabilité et de responsabilité vis à vis l’obésité pour se concentrer sur les méthodologies qui permettront de vaincre la maladie.

Les risques liés à l’obésité

Les risques liés à l’obésité sont réels et nombreux. L’obésité est d’ailleurs actuellement la troisième cause de mortalité dans les pays développés. Un surpoids important peut ainsi être à l’origine de problèmes cardiaques et de certains cancers. D’autres problèmes moins vitaux peuvent comme des problèmes respiratoires, des douleurs articulaires, au foie ou des reflux gastriques peuvent être directement liés à l’obésité. Le site obesite.com recensent une grande partie de ces pathologies en lien avec l’obésité. D’une manière générale, retrouver un poids de forme permet au patient de sentir mieux dans sa peau. Un bénéfice santé et bien-être !

Plus d’informations sur la Journée européenne de l’obésité :

La Journée européenne de l’obésité a été créée en 2010 par la Commission européenne Santé et Environnement. Le CNAO (Collectif National des Associations d’Obèses) coordonne cette action sur le territoire Français.

Parallèlement à ces journées européennes, un programme national, le Plan Obésité a été déployé en 2009 par le Pr. Arnaud Basdevant. Ce plan s’articule autour de 4 axes :

  • l’amélioration de l’offre de soins et la promotion du dépistage chez l’enfant et l’adulte
  • la mobilisation des partenaires de la prévention, l’action sur l’environnement et la promotion de l’activité physique
  • la prise en compte les situations de vulnérabilité et la lutte contre les discriminations
  • la recherche

En synthèse

En finir avec les idées reçues sur l’alimentation, avoir le droit de manger, de faire ses courses sans les regards pesants, en finir avec les régimes restrictifs et les privations, c’est possible, et des professionnels de santé comme votre diététicienne peuvent vous aider à guérir de cette maladie. Rappelons à ce titre que le premier entretien est gratuit.

Semaine Mondiale de l’Allaitement Maternel (SMAM) 2017

Articles liés

Journée européenne de l’obésité (JEO) 2019

Le 17 et 18 mai 2019 se déroulera la nouvelle édition de la Journée européenne de l’obésité (ou Journée européenne de lutte contre l’obésité). L’occasion de parler de cette maladie qui touche de nombreux européens. En France, plus de 15% de la population adulte est touchée par l’obésité, et la progression annuelle est importante (chiffres du Bulletin épidémiologique hebdomadaire invs.santepubliquefrance.fr). L’obésité se calcul en fonction d’un ratio taille poids, l’IMC. On considère généralement qu’un IMC supérieur à 30 est synonyme d’obésité (calculez votre IMC sur le site Doctossimo en cliquant ici).

L’obésité : une maladie chronique

Le débat sur la définition de l’obésité comme une maladie ne date pas d’hier. En effet, l’agent pathologique responsable de l’obésité n’est pas un virus ou une bactérie, mais l’alimentation. Pour autant le modèle épidémiologique de l’obésité (son étude comme problème de santé) donne des résultats comparables à une maladie, et c’est la raison pour laquelle de nombreux professionnels de santé la considère comme telle. Définir l’obésité comme une maladie est essentiel car cette approche permet aux patients d’éliminer, sinon de réduire, le sentiment de culpabilité et de responsabilité vis à vis l’obésité pour se concentrer sur les méthodologies qui permettront de vaincre la maladie.

Les risques liés à l’obésité

Les risques liés à l’obésité sont réels et nombreux. L’obésité est d’ailleurs actuellement la troisième cause de mortalité dans les pays développés. Un surpoids important peut ainsi être à l’origine de problèmes cardiaques et de certains cancers. D’autres problèmes moins vitaux peuvent comme des problèmes respiratoires, des douleurs articulaires, au foie ou des reflux gastriques peuvent être directement liés à l’obésité. Le site obesite.com recensent une grande partie de ces pathologies en lien avec l’obésité. D’une manière générale, retrouver un poids de forme permet au patient de sentir mieux dans sa peau. Un bénéfice santé et bien-être !

Plus d’informations sur la Journée européenne de l’obésité :

La Journée européenne de l’obésité a été créée en 2010 par la Commission européenne Santé et Environnement. Le CNAO (Collectif National des Associations d’Obèses) coordonne cette action sur le territoire Français.

Parallèlement à ces journées européennes, un programme national, le Plan Obésité a été déployé en 2009 par le Pr. Arnaud Basdevant. Ce plan s’articule autour de 4 axes :

  • l’amélioration de l’offre de soins et la promotion du dépistage chez l’enfant et l’adulte
  • la mobilisation des partenaires de la prévention, l’action sur l’environnement et la promotion de l’activité physique
  • la prise en compte les situations de vulnérabilité et la lutte contre les discriminations
  • la recherche

En synthèse

En finir avec les idées reçues sur l’alimentation, avoir le droit de manger, de faire ses courses sans les regards pesants, en finir avec les régimes restrictifs et les privations, c’est possible, et des professionnels de santé comme votre diététicienne peuvent vous aider à guérir de cette maladie. Rappelons à ce titre que le premier entretien est gratuit.

Semaine Mondiale de l’Allaitement Maternel (SMAM) 2017

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

10 + dix =

Menu